Santé

Système de protection sociale américain

Le système de protection sociale américain n’est pas du tout comparable au système français. Aux États-Unis, le patient doit personnellement assumer l’intégralité de ses frais médicaux s’il ne bénéficie pas d’une couverture médicale (généralement obtenue à travers son employeur). Le terme d’expatrié a une signification précise du point de vue de la sécurité sociale française : il ne suffit pas de vivre à l’étranger pour être considéré comme un expatrié. Vous serez soit « détaché », soit « expatrié ». Aux États-Unis, le coût moyen des soins est nettement supérieur aux tarifs de remboursement : il est donc nécessaire de prévoir une protection complémentaire qui permet d’être remboursé sur la base des dépenses réellement engagées. Le coût des soins est très élevé par rapport à la France. Il est donc indispensable de souscrire une assurance maladie, ainsi qu’une assurance maladie-rapatriement lorsque l’on séjourne aux États-Unis pour un séjour touristique même de courte durée.

Couverture française aux États-Unis

Si vous êtes détaché temporairement par votre employeur pour exercer un travail déterminé à l’étranger, vous pouvez continuer à relever de la législation française de sécurité sociale. Dans ce cas votre employeur, qui a seul l’initiative des formalités à accomplir, doit s’engager à verser l’intégralité des cotisations dues en France. Si vous êtes expatrié, votre situation dépend du pays dans lequel vous exercez votre activité salariale. Cependant, en tant qu’expatrié, vous pouvez souscrire aux régimes français d’assurance sur la base d’une adhésion volontaire. Pour cela veuillez contacter la Caisse des Français de l’Étranger (CFE). La Caisse des Français de l’Étranger est l’organisme de sécurité sociale expressément prévu par le législateur pour gérer la couverture sociale des expatriés. La CFE rembourse, comme toute caisse de sécurité sociale, sur la base des tarifs français. Aux États-Unis, le coût moyen des soins est nettement supérieur aux tarifs de remboursement : il est donc nécessaire de prévoir une protection complémentaire qui permet d’être remboursé sur la base des dépenses réellement engagées. Demandez-leur avec quels assureurs complémentaires ils ont passé des accords.
Quelques autres organismes : Allianz, A.P.E.X. Prévoyance internationale, April Mobilité, AISAE, Europ’Assistance.
Pour un court séjour aux États-Unis : Europ’Assistance ou Allianz Global Assistance.

Souscrire à une assurance médicale américaine

Si vous êtes résident aux États-Unis pour une longue période ou à titre définitif, il peut être préférable d’avoir une couverture médicale locale. Si vous êtes employé, il est possible que vous soyez couvert par une assurance souscrite par votre employeur ou que vous ayez la possibilité de choisir parmi une sélection de polices d’assurance. Si tel n’est pas le cas, vous pourrez vous assurer à titre individuel auprès d’une des différentes compagnies privées qui offre une assurance maladie. Il vous est conseillé de faire votre recherche sur internet de façon à comparer les tarifs et les types de couverture.

Polices de Type PPO

Les polices de type PPO ( Preferred Provider Organization) vous offrent un accès ouvert aux soins et notamment aux spécialistes tout en vous couvrant plus avantageusement si vous avez recours à des médecins du réseau. PPO, littéralement : “organisation de fournisseurs de soins recommandés.” Le fonctionnement des PPO : les compagnies d’assurance contractent avec certains médecins et fournissent une liste de médecins ; mais ceux-ci ne sont que recommandés aux assurés. De plus le patient n’a plus l’obligation d’obtenir une prescription pour aller directement consulter un spécialiste. Un patient qui a fait appel à un médecin faisant partie du PPO sera couvert à 90 % et n’aura à payer que 10 % de la consultation. La franchise annuelle qu’il aura à payer sera aussi moins élevée : en général de $150 à $250 par an. Mais si le patient n’utilise pas le réseau de médecins PPO, il ne sera couvert qu’à 70 % et le montant de sa franchise s’élèvera entre $300 et $500.

Polices de type HMO

Les polices de type HMO (Health Maintenance Organization) sont en général moins coûteuses mais limitent l’accès aux soins et vous obligent à ne recourir qu’aux médecins assignés par la compagnie. HMO, littéralement : “organisation pour le maintien de la santé”, est le premier plan d’assurance santé offert par les employeurs. Le fonctionnement des HMO : la compagnie d’assurance ou la société de gestion des soins contracte avec des médecins (généralistes ou spécialistes) ainsi qu’avec des hôpitaux afin de fournir des soins aux employés. C’est une sorte de contrat d’exclusivité : les patients participants à un HMO ne pourront, s’ils veulent être remboursés, aller voir que les médecins ou hôpitaux inscrits sur la liste qui est fournie par leur police d’assurance : c’est le réseau HMO. Dans le cas où les patients assurés veulent voir un spécialiste, ils doivent d’abord faire appel à un médecin généraliste de la liste HMO qui pourra soit traiter et soigner le patient lui-même, soit lui prescrire une consultation auprès d’un spécialiste, lui aussi dans le réseau HMO. Si le patient n’obtient pas cette prescription et qu’il consulte tout de même un spécialiste, il ne sera pas couvert par l’assurance (sauf s’il s’agit d’un cas d’urgence où la vie du patient serait menacée). Si le patient suit ces règles, il n’aura en général qu’à payer une contribution de 10 à 20 dollars par visite, part qui ne sera pas remboursable. Pour les premiers soins encourus dans l’année, y compris les frais hospitaliers, une franchise est appliquée, elle est de l’ordre de $ 250 (‘déductible’ : somme à payer avant même que l’assurance ne joue).

Il est à noter que dans la plupart des cas, la couverture des soins dentaires et de la vision fait l’objet de polices séparées.

A titre d’information, voici les plus importantes sociétés d’assurance santé en Californie :

Aetna Inc, Anthem (Blue Cross), Blue Shield of California, Kaiser Permanente, California Health Plans, Health Net, Cigna, UnitedHealthCare, Humana, Regence.

Certaines institutions en Californie proposent des soins médicaux gratuits pour les personnes en grande difficulté sociale, et qui n’ont pas d’assurance. Ces centres peuvent vous être d’un grand secours pour les soins médicaux courants et les tests de dépistage (SIDA et hépatite principalement). Ils ne vous poseront aucune question sur votre statut (légal ou illégal).

AIDS Info Line au (800) 342-2437 , California HIV/Aids Service
Free clinics : San Francisco Free Clinic ; Berkeley Free Clinic ; TeenSource ; Haight Ashbury Free Clinic Inc..

Seul hôpital public de San Francisco :

Zuckerberg San Francisco General Hospital - 1001 Potrero Avenue - San Francisco, CA 94110
Tel : 415 206-8000

Urgences : en composant le 911 depuis tout téléphone, vous entrez en contact avec les services d’urgence (pompiers, urgences hospitalières, police).
Quelques centres antipoison (Poison Control Center) :
San Francisco : 800 876-4766
San Mateo : 800 523-2222
Santa Clara : 800 662-9886

Médecins francophones

Le Consulat Général de France à San Francisco vous propose une liste. Suivez le lien.

Petit précis médical à l’usage des Francophones aux Etats-UNIS

S’installer dans un nouveau pays, c’est un sport quotidien. Découvrir ses codes, un apprentissage constant. Et quand la langue s’en mêle, l’implantation peut devenir carrément périlleuse. Après plusieurs expériences cuisantes chez le médecin, des contresens comiques, des silences gênés ou de réelles incompréhensions, Charlotte Attry a décidé de travailler sur ce répertoire lexical médical à l’usage des français aux États-Unis. Le but : vous offrir des repères pour faciliter la communication avec les professionnels de santé et vous éviter les grands moments de solitude.
Télécharger gratuitement ce petit précis médical en suivant ce lien

Santé Francophone

Besoin d’un professionnel de la santé dans la baie ?
Santé Francophone est une association à but non lucratif qui propose un annuaire regroupant des professionnels de la santé francophones de la baie.
Plus d’informations sur www.santefrancophone.com